Olga Mathey | Exemples de commandes
15655
page-template-default,page,page-id-15655,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

Les commandes sont toujours de touchantes rencontres.

 

Pour eux, c’est dévoiler l’intime, une partie de l’intime. Qu’est-ce-qu’on dit? On dévoile des extrait de vie, des couleurs, des mots, des positions qui nous chavirent..

 

Pour moi, c’est jeter un regard curieux et sans jugement. Être capable de trier les mots déposés et de les interpréter en dessins. Prendre le temps d’accumuler et de comprendre cette matière riche pour correspondre au mieux à la demande que l’on me fait. C’est d’une exigence folle mais d’une richesse incroyable.

 

J’ai demandé à quelques « commanditaires » de m’envoyer un témoignage et une photo de leur objet dans son environnement quotidien.

J’en livre ici quelques extraits:

 

 

« Je trouve très tendre, très attachant, très sensible, très exaltant de partager les intimes, histoire d’en faire des broderies, des cadeaux, des signes, des clins d’œil des grigri des témoins d’une histoire à venir, en cours ou passée….

Nos abats jours maintenant sont le témoin d’une partie de mon histoire et de sa période.
Elle est comme gravée, lorsque je pousse le bouton pour allumer ou éteindre la lumière tout simplement.
Aujourd’hui je les regarde encore avec autant de surprise et émotion.
Lorsqu’il a fallu partager mon histoire d’amour, mon intime, mon histoire de fesse, de baise avec mon amoureux, je ne savais pas vraiment par où et comment commencer tout simplement parce que je ne savais pas quantifier et qualifier ce que je pouvais te dire et quoi te dire, comment te le dire. 
Quels mots choisit-on pour parler de notre propre sexualité, de nos trucs, de nos fantasmes, de notre amant à quelqu’un d’autre. 
Je me souviens que pour commencer alors, j’avais choisis de dresser une sorte de lexique de mon couple, de nos intimes, nos mots et nos choses.
Et puis j’ai écris une histoire simple, ou j’ai laissé vagabonder mon imaginaire. J’ai trouvé ça agréable à faire. Je pense que le plus dur c’est de commencer mais une fois que les mots sont jetés tout devient possible et jouissifs aussi. 
Ces commandes permettent ça. D’abord de trouver les mots et puis de ton côté, tu développes ce lien magique et inhabituel, ton talent et ta sensibilité qui transforme les mots en formes, en personnages, en tableaux brodés dans lesquels on se reconnaît, mieux qui existent pour nous. J’ai trouvé ça magique de découvrir ce que tu avais fait de mon histoire et tellement précieux. Et il y a de toi aussi ton regard.  
Ça crée un échange privilégié, un lien très intime qui se prend vie à travers les broderies, que tu matérialises. Il y a forcement de toi, de ta sensualité qui transparaît à travers les fils. Et c’est très rare quelqu’un d’extérieur au couple qui pose ce regard.
Parfois, quand, je pense à ce que tu fais, j’aimerais tellement moi aussi pouvoir me glisser dans les pensées érotisantes de toutes ces personnes pour qui tu as brodé. Quelle chaîne d’amour. Et puis la broderie, je trouve ça émouvant. »
 
 
 

« La lampe d’Olga est singulière et pour cause, le dessin qui court dessus est unique, symbolique, ambiguë. C’est un dessin née de l’amour avec Émilie.

Un dessin en images, un loup masqué qui enroule dans sa danse une épopée joyeuse, érotique.

Cette lampe, c’est ma lampe de chevet. Je l’allume pour aller pisser, pour lire un peu avant de m’endormir. Elle habille la pièce de ces contours sensuel avant de me plonger dans l’obscurité. Ces reflets insidieux persistent après que mes yeux se soient fermés. Il m’arrive parfois de laisser la broderie dicter mes rêves. C’est peut être cela aussi, la force de cette broderie électrique, faire fonctionner les fantasmes. »

 

 

« Cette lampe est notre cadeau de mariage, elle nous représente tous les 2.
La première fois qu’on la vue on était ravi, l’objet est beau, le dessin excitant. On a mis plus de temps à comprendre que c’était nous mais ça ne nous a pas déplu…
Après la problématique à été de savoir où la mettre dans l’appartement. la difficulté d’assumer l’illustration (surtout avec l’idée que ce soit Nous en train de faire l’amour, c’est un dessin mais c’est bien nous !).
On l’a mis sur notre table de chevet, il lui fallait un endroit intime. Mais ça reste assez visible quand même : les appartements parisiens sont petits, et notre chambre est passante. Je crois qu’on la caché une ou deux fois, quand on recevais nos parents par exemple. Mais maintenant on l’assume. et nous en sommes très fier. la beauté de l’objet a dépassé l’intimité crue du sujet. »

 

 

« Ce gri-gri m’a été offert un jour par une de mes amantes et il m’a accompagné tout au long de nombreux voyages à travers l’Europe… jusqu’à ce que je l’égare, quelque part entre l’Allemagne et la République Tchèque. J’espère qu’il a été sauvé et qu’il aura apporté beaucoup d’inspirations charnelles à son nouveau propriétaire, comme il m’en avait beaucoup apporté. »

 

 

« J’étais en voiture avec ma mère, j’allais signer le bail de l’appartement que je prenais avec mon marin. L’aube d’une nouvelle vie à deux. Sur le moment je crois que j’ai été un peu intimidé.. Et partager cette  » découverte » avec ma mère n’étais pas tellement approprié… Avec du recul, je suis consciente que mon coussin est subtil et délicat. C’est une pièce unique, une œuvre d’art. Il lie la poésie de l’intime à la décoration du quotidien. C’est à mes yeux un objet érotique, et bienveillant. »

 

 

« Je l’ai vu et j’ai été émerveillée. Sur la face de ce coussin, les nombreux détails bordés à la main avec une finesse douce font frétiller l’imaginable de son imagination. Ensuite je me suis attardée à le caresser comme si mes doigts touchaient du velours. Mes doigts, en parcourant chaque recoins, ont découvert la face recto de ce coussin d’un beau tissu turquoise… Et je me suis exclamée avec joie:  » mais c’est la couleur symbolique pour la communauté des sourds ! »

 

 

« Wouaw le coussin que j’ai reçu de la part de ma copine la reine des loutres me fait dire que franchement la broderie c’est trop fort! Le coussin est trop beau et elle avait vraiment trop raison c’est un des meilleurs cadeaux que j’ai jamais reçu. Super personnel et trop joli, alors franchement merci merci et mille paillettes érotiques et magiques. »